Rencontres avec Jésus – Zachée

Illustration de Zachée interpellé par Jésus, en style vitrail, inspiré de modèles traditionnels.

Une nouvelle invitation à rencontrer Jésus, cette fois-ci au travers de la conversion de Zachée.

ZACHÉE, DU PÉCHÉ AU SALUT, AUJOURD’HUI : Luc 19, 1-10

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc – Chapitre 19

01 Entré dans la ville de Jéricho, Jésus la traversait.

02 Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche.

03 Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il ne le pouvait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.

04 Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui allait passer par là.

05 Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et lui dit : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. »

06 Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie.

07 Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un homme qui est un pécheur. »

08 Zachée, debout, s’adressa au Seigneur : « Voici, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. »

09 Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham.

10 En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »


Commentaire de l’Évangile

Par Daniel Cadrin, o.p.

Nous sommes à Jéricho. Jésus y a guéri un aveugle, Bartimée (cf. chronique précédente). Maintenant, il rencontre une personne fort différente, qui n’est ni mendiante, ni handicapée, mais au contraire riche et en santé. Mais Zachée est une figure paradoxale : il est à la fois riche et marginal, puissant et exclu. Il est non seulement un collecteur d’impôts mais aussi un dirigeant de ces entreprises financières qui travaillent pour l’occupant romain et s’enrichissent. Le peuple le déteste, les pharisiens le méprisent. Malgré sa richesse, Zachée est mis ainsi hors du cercle de la rectitude sociale et religieuse : c’est un pécheur, un impur. Et pourtant, Jésus va loger chez lui, brisant des frontières sacrées, choquant les politiquement corrects de son temps.

Quand nous lisons des textes où Jésus se fait proche des malades, des plus pauvres, des opprimés, cela nous touche mais ne nous choque plus vraiment : c’est là l’évangile, fait de solidarité et de libération. Mais ici, avec Zachée, c’est autre chose : Jésus se fait proche d’un exploiteur du peuple. S’il allait aujourd’hui chez le gérant d’une compagnie polluante ou chez un chef de la mafia, notre réaction serait probablement la même que celle de la foule dans le récit : elle est scandalisée ! Cette image de Jésus allant chez Zachée vient briser en nous des catégories toutes faites et bien-pensantes, enfermant les gens dans des positions fixes. Mais ce Zachée est lui aussi un exclu, d’une exclusion qui n’est pas économique mais culturelle et religieuse et qui le met à distance de Dieu et des autres.

Quand Jésus se fait proche de quelqu’un, une transformation advient, ce que la Bible appelle le salut. C’est ce qui arrive à Zachée : aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison. Ce salut n’est pas une réalité purement intérieure ou un beau thème. Dans ce récit de Luc, il prend plusieurs formes. Zachée décide de partager ses biens avec les pauvres et de réparer les torts : partage et justice, voilà le salut présent pour un riche. Et Jésus affirme que Zachée est lui aussi un fils d’Abraham : il le réintègre dans le réseau des relations humaines, comme membre du peuple de Dieu. Zachée n’est plus à l’écart, isolé et objet de mépris. Le salut touche ainsi les réalités les plus quotidiennes : le monde des relations humaines et de la circulation des biens.

Zachée a su accueillir Jésus et entrer dans une vie réconciliée. Cela ne lui arrive pas seulement de l’extérieur. Au début de son itinéraire, il y a chez lui une quête. Il voulait voir Jésus et, pour y réussir, il a vaincu les obstacles. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais l’initiative de Jésus le relance. Et Zachée va plus loin qu’un accueil festif : il assume ce salut dans sa vie personnelle, il refait des choix différents qui touchent son rapport aux biens et aux pauvres. Ainsi, même pour un riche, le salut est possible.

Plus tôt en Luc, un autre riche, aveugle bartimée en quête de vie éternelle, s’est approché de Jésus (18,18-23). Ce notable n’est pas un pécheur, méprisé, mais un honnête homme, respectueux de la Loi et de ses exigences morales et religieuses. Mais devant l’appel à partager ses biens avec les pauvres et à suivre Jésus, il préfère ses biens. Ce récit est suivi d’une discussion entre Jésus et les disciples sur la possibilité pour les riches d’être sauvés. Zachée est la réponse à cette question. Il n’est pas surprenant que Luc mentionne la joie de Zachée (19,6), en contraste avec la tristesse du notable (18,23). Avec le salut, vient la joie.

Ce salut est concret mais il a d’abord un visage : car c’est Jésus qui est entré dans la maison de Zachée. Le salut est d’abord quelqu’un, qui s’invite chez nous et vient bouleverser notre rapport au monde et à autrui, qui vient remettre les choses à l’endroit : les biens sont faits pour être partagés et non monopolisés; les êtres humains, dans leur dignité, sont faits pour vivre ensemble. Et ce salut n’est pas seulement pour hier ou demain : il advient aujourd’hui.

Quel que soit l’état de notre maison, l’opinion que les gens en ont, l’aujourd’hui de Dieu en Jésus vient nous visiter. Une visite attendue ou imprévue, qui invite à une transformation et qui laisse la marque de son passage. Quelque part en moi ou autour de moi, un Zachée en quête de salut est présent : quel est son visage ? Et si le salut, ou Jésus lui-même, venait loger chez moi, aujourd’hui, qu’est-ce que je ferais ? Ou me retrouvant dans cette foule scandalisée, quelle question peut-être monterait en moi, suite aux événements ?

Le salut est oeuvre de la liberté humaine, dans sa quête et ses choix, et de la grâce de Dieu qui vient nous visiter. Comme Zacharie le chante déjà en Luc (1, 68) dans le Benedictus : Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui visite et rachète son peuple.

Images

La figure de Zachée est bien présente dans l’iconographie depuis le Moyen Âge. Elle offre une scène très animée dans le cadre d’une place urbaine, avec Jésus et un personnage controversé dans un arbre, une foule qui réagit vivement, puis une scène dans une maison.

Selon les images, des variations sont possibles : tous les personnages sont présents, sur une place de Jéricho, avec ses édifices ; ou seuls Jésus et Zachée dans l’arbre, avec parfois quelques autres figures ; ou Zachée seulement. Le sycomore aussi fait partie du récit ; c’est un grand figuier, qui s’étale et donne de l’ombre, avec des branches basses. L’arbre n’a pas toujours l’air d’un sycomore, mais il est là ! La scène dans la maison de Zachée est rarement montrée. Ce serait pourtant intéressant : il ne vivait sûrement pas dans un petit appartement mais dans une villa, qu’on imagine discrète et spacieuse.

Dans ce récit, le regard est important. Zachée veut voir Jésus et Jésus le regarde. La foule murmure après avoir vu Jésus allant chez Zachée. Des œuvres sont bien attentives à cette dimension, à ce jeu des regards.

L’histoire de Zachée est très populaire dans la catéchèse pour les enfants. Pour des raisons bien simples : Zachée est petit, il grimpe dans un arbre, il est curieux et joyeux ! Les enfants peuvent s’identifier à lui. Certes, les aspects plus choquants du personnage et de l’action de Jésus sont ainsi moins soulignés. Mais un enfant peut se sentir mis en marge par rapport aux grands ; et voici que Jésus s’intéresse à lui, lui parle, s’invite chez lui. Malgré les réactions de la foule, il est vu et traité par Jésus comme une personne.

Dans certaines œuvres médiévales de l’entrée de Jésus à Jérusalem (Rameaux), sur le parcours, un homme est juché dans un arbre, comme un clin d’œil rappelant Zachée. Mais la scène se passe à Jérusalem, non à Jéricho : ce n’est pas la rencontre de Luc 19.

Voici quelques œuvres, anciennes et récentes, nous montrant cette rencontre transformante.

  1. Fresque, c.1080-1090, Basilique San Angelo in Formis, Capoue, Italie. Cette église est couverte de fresques de style italo-byzantin, présentant des scènes et figures de l’Ancien et du Nouveau Testament. Elle a été construite par l’Abbé Didier de l’Abbaye du Mont-Cassin. Les fresques ont été faites par des artistes grecs de Constantinople et leurs élèves italiens ; leur bleu est renommé. La ville de Jéricho est évoquée par les murs et tours. Jésus, nimbé, tenant en main un écrit, est accompagné de disciples. Il s’adresse à Zachée, bien mis et grimpé dans l’arbre.
  1. Maître d’Antwerp, gravure sur bois, c.1485-1491, Rijksmuseum, Amsterdam, Pays-Bas. Ce peintre flamand est célèbre pour son tryptique sur l’adoration des mages. On sait peu de choses de lui. Cette œuvre lui est attribuée. Deux scènes sont montrées. À droite, la rencontre autour de l’arbre (qui est un peu élémentaire) : Jésus est avec des disciples et d’autres personnes; ses mains sont tournées vers Zachée aux courtes jambes. À gauche, Zachée accueille Jésus dans sa maison pour un repas festif. Des disciples sont présents et Jésus est au centre.
  1. Jacopo Palma le Jeune, 1575, Fitzwilliam Museum, Cambridge, Angleterre. Cet artiste de Venise a été marqué par Titien et Le Tintoret, auxquels il a succédé comme peintre majeur de Venise. Il a abordé une variété de sujets. Cette œuvre en est une de jeunesse. Les personnages (Jésus et Zachée, des disciples et diverses figures) sont concentrés dans un espace, proches les uns des autres. L’arbre est simplement évoqué. On y trouve un souci de la richesse et de l’harmonie des couleurs, avec la lumière et le mouvement.
  1. Jan Luyken, gravure, 1708, Rijksmuseum, Amsterdam, Pays-Bas. Ce graveur néerlandais, proche des Mennonites, a illustré plusieurs livres, de la Bible à l’histoire et aux métiers. Il était aussi écrivain et il a publié des poèmes. Nous avons ici une vue d’ensemble très vivante : la ville de Jéricho, sa porte et ses édifices; toute une foule avec sa diversité et ses activités; Jésus, avec des disciples, s’adressant à Zachée juché; et un sycomore impressionnant.
  1. James Tissot, c. 1886-1894, Brooklyn Museum, États-Unis. Ce peintre français a vécu en Terre Sainte et a mis en images les Évangiles avec une attention au contexte, au paysage et aux gens. La scène est vue de plus haut que Zachée, comme d’un balcon. On aperçoit Jésus, les disciples, la foule. Dans l’arbre, il y a aussi d’autres personnes que Zachée. Le sycomore est omniprésent et unifie le tout.
  1. William Hole, 1906, The Life of Jesus of Nazareth: Eighty Pictures, London, Eyre & Spottiswoode, Angleterre. Ce peintre écossais, du courant préraphaélite, a réalisé plusieurs ensembles de scènes historiques. Pour ses scènes bibliques, il a voyagé en Terre Sainte. L’arbre domine et organise l’espace. Zachée est tourné vers Jésus. Celui-ci et ses disciples, en blanc en bas, sont tournés vers lui. À l’avant-scène, des hommes ont l’air mécontents de ce contact. Les couleurs et formes, en interaction, donnent intensité et vivacité à la scène.
  1. Niels Larsen Stevns, 1913, Randers Museum of Art, Danemark. Ce peintre danois, de l’Église luthérienne, était un fervent croyant. Il a peint plusieurs scènes religieuses, dans un style moderne. Jésus, au centre en rouge, s’adresse à Zachée; les deux sont proches aussi par leurs couleurs. Plusieurs figures, aux visages concentrés à la Kierkegaard, sont en mouvement autour de cette rencontre. Les arbres et la lumière s’entremêlent. C’est un tableau très travaillé et intéressant. On a l’impression que la prochaine étape serait d’aller vers une approche cubiste.
  1. Soeur Mercedes, bas-relief en céramique, 2006, oratoire, Abbaye Notre-Dame-des-Neiges, Saint-Laurent-les-Bains, France. Saint Charles de Foucauld est entré chez les Trappistes dans ce monastère en 1890, où il a vécu sept mois. Il est revenu à quelques reprises et y a célébré sa première messe en 1901. La chapelle d’adoration, contenant des reliques du saint, a été érigée en 2006, après sa béatification. Sr Mercedes, bénédictine, a réalisé une série de bas-reliefs sur la vie de Jésus et celle de Charles de Foucauld. Cette rencontre de Jésus et Zachée est très touchante : les regards communiquent. Le sycomore est solide. Jésus est accompagné de Pierre et Jean.
  1. JesusMafa, c.1975, Collectif pour la catéchèse, Cameroun. Pour favoriser une appropriation des Évangiles par les jeunes, la scène est inculturée en contexte africain, avec les paysages et les édifices, les figures et le mode de vie. Tout le peuple est là. On peut remarquer la présence de plusieurs enfants. Jésus, en rouge au centre, interpelle Zachée, qui a l’air bien installé dans l’arbre.
  1. Berna, 2016, site evangile-et-peinture.com, Suisse. Bernadette Lopez a couvert tout le cycle liturgique avec ses œuvres vives et inspirantes. Cette image est originale et sympathique: elle nous montre Jésus et Zachée à ce moment particulier entre la rencontre au sycomore et l’accueil dans la maison. Ils marchent ensemble dans une rue de Jéricho. Zachée est visiblement plus petit !
  1. Theobule, 2019, site theobule.org, France. Ce site de catéchèse pour les enfants est réalisé par une équipe et rattaché aux Dominicains de Lille (Retraite dans la ville). On y trouve des outils pour la catéchèse, avec des dessins et vidéos, vivants et suggestifs. Ici, on voit d’abord la ville de Jéricho. Zachée, perché dans l’arbre, a un visage expressif.
  1. Pierre Lussier, dessin, 2022, site racef.art, Canada. Cet artiste de Québec, membre du Réseau Art Chrétien et Éducation de la Foi (Racef), dessine des scènes et figures bibliques avec finesse et intériorité. Ici, nous avons Jésus et Zachée dont les regards se rencontrent. La main droite de chacun est mise en évidence. Jéricho est suggéré à l’arrière. Une rencontre advient, aujourd’hui …

Daniel Cadrin, o.p.


Dessin à tracer et à colorier

Voici un modèle simplifié à tracer et à colorier, en style vitrail, librement inspiré d’images traditionnelles.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir et la sauvegarder!


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :