Rencontres avec Jésus – Les disciples sur le chemin d’Emmaüs

Une réinterprétation numérique de la fraction du pain par Jésus avec les disciples d’Emmaüs, d’après le Titien
Voir les détails de la création de l’image:
https://racef.art/2022/04/19/hommages-les-disciples-demmaus-par-titien/

Une nouvelle invitation à rencontrer Jésus, cette fois-ci au travers des disciples croisés sur le chemin d’Emmaüs!

DISCIPLES, ENTRE JÉRUSALEM ET EMMAÜS : Luc 24, 13-35

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc – Chapitre 24

13 Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem,

14 et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.

15 Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.

16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.

17 Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.

18 L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »

19 Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple :

20 comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.

21 Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.

22 À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau,

23 elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.

24 Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »

25 Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !

26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »

27 Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.

28 Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.

29 Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.

30 Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.

31 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.

32 Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »

33 À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :

34 « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »

35 À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

Commentaire de l’Évangile

Ce récit nous présente les étapes du cheminement de foi de deux disciples et comment Jésus accompagne ce cheminement. Dans cette synthèse remarquable, nous retrouvons les éléments clés de la vie chrétienne: la recherche et l’incertitude, l’éclairage des Écritures, l’expérience communautaire et sacramentelle, la conversion, le lien à la première communauté, l’annonce du Christ ressuscité. On se promène, entre Jérusalem et Emmaüs, de la route à la maison; puis entre Emmaüs et Jérusalem, à nouveau de la route à la maison.

Sur la route, entre Jérusalem et Emmaüs, les disciples sont confus et découragés, dans leur foi et leur espérance. Jésus les rejoint et fait route avec eux. Ils racontent leur expérience, leurs espoirs et déceptions, à cet inconnu. Celui-ci les questionne et les écoute.

Puis, il les met au défi, il les fait passer à une autre étape. Il leur ouvre les Écritures, il explique. La lumière de la Parole vient éclairer les événements et leur donner un sens nouveau. Les Écritures ouvertes ouvrent l’horizon. Leur cœur est brûlant.

Ils invitent l’inconnu à rester avec eux. Il prend du temps avec eux. Il se met à table et il célèbre avec eux. Dans la maison, autour de la table, ils partagent le repas, qui évoque l’eucharistie. Ils relisent ce qui est arrivé sur le chemin et se mettent à faire des liens entre les événements, leur expérience, la Parole, et cette rencontre sur la route et dans la maison. C’est le temps de la reconnaissance, le point tournant. Alors, Jésus leur devient invisible. Les disciples peuvent maintenant poursuivre par eux-mêmes leur aventure croyante.

Ils ne restent pas dans la maison. Ils reprennent la route en changeant de direction, d’Emmaüs à Jérusalem. Et là, leur expérience du Christ vivant est confirmée par la communauté de Jérusalem. À nouveau, ils racontent ce qui est arrivé mais leur regard a changé : leur récit est celui de croyants. Ils deviennent des témoins.

En quoi je reconnais mon propre itinéraire dans l’une ou l’autre de ces étapes? De quelle manière, par quels visages, l’accompagnement et la présence du Christ et de la communauté se sont-ils manifestés? Sur quelles routes et en quelles maisons?

Pour marcher sur nos chemins de foi, plusieurs paroles sont présentes et indispensables. Le récit d’Emmaüs peut aussi être relu dans cette perspective. Tant de paroles s’y trouvent qui ont chacune leur apport unique, entre Jérusalem et Emmaüs. Avec finesse et justesse, elles expriment les diverses composantes d’une quête, depuis le découragement jusqu’à l’annonce du Ressuscité.

Les deux disciples utilisent plusieurs sortes de paroles qui disent bien leur itinéraire. Tout d’abord, sur la route, en marchant, ils parlent des événements et de leur expérience. Ils racontent. Plus loin, après avoir entendu la parole de Jésus, ils invitent leur compagnon inconnu à rester avec eux. Ils veulent aller plus loin, poursuivre la conversation. Puis, dans la maison, après avoir entendu la parole de Jésus et partagé le pain, ils sont touchés au cœur et expriment une parole de prise de conscience et de reconnaissance. Mais ils ne s’arrêtent pas là : leur dernière parole est celle du témoignage.

Pour qu’ils fassent de tels pas en chemin, du découragement au témoignage, d’autres paroles sont intervenues. Il y a d’abord celle des femmes qui sont allées au tombeau. Elles ont raconté et proclamé une annonce bouleversante : Jésus est vivant. Cette parole qui disait vrai n’a pas été reçue immédiatement; elle a suscité l’étonnement mais n’a pas convaincu. Une expérience personnelle de rencontre était nécessaire pour les disciples. Mais cette parole a suscité l’éveil, elle a commencé à mettre en doute les certitudes de l’échec pour ouvrir une espérance.

La parole de Jésus intervient de trois manières. Au début, elle questionne, elle met en route en invitant à raconter. Puis cette parole devient plus provocante : elle réveille, elle met au défi. Et elle fait entrer dans les Écritures, la Parole qui apporte sa lumière essentielle. Une autre parole de Jésus est aussi mentionnée : celle de la bénédiction dans la maison, au moment du repas. Celle-ci fait appel à la mémoire; les disciples font des liens, ils reconnaissent. Puis Jésus disparaît.

À la fin, à Jérusalem, dans la maison, intervient la parole des apôtres et de l’assemblée. C’est une parole de proclamation et de confirmation. Oui, le Seigneur est ressuscité, vous n’êtes pas seuls à croire en lui. La parole des femmes revenues du tombeau disait vrai.

Tant de paroles dans ce récit. Mais elles ont chacune leur rôle unique sur le chemin qui va de l’espoir brisé à l’élan de l’espérance. Dans nos propres existences personnelles et communautaires, ces paroles sont toujours là, ici et là, à entendre, à dire, dans leur diversité et leur complémentarité. Il vaut la peine de se demander quelles sont leurs voix aujourd’hui qui viennent nous toucher. Et nous pouvons y joindre notre écoute et notre voix, depuis le récit jusqu’au témoignage, depuis le questionnement jusqu’à la proclamation. En nous rappelant que Jésus le Vivant, déjà, s’est approché et fait route avec nous. Comment avancerions-nous et où irions-nous sans ces paroles de toutes sortes qui non seulement font cheminer mais sont elles-mêmes chemins vers la vie.

Images

Depuis le Moyen Âge, ce récit est très populaire dans l’art chrétien. À cause de la richesse du texte, sorte de synthèse de tout le Nouveau Testament; de ses symboliques de base (route, maison, repas); de l’itinéraire spirituel de ces disciples; de la révélation de Jésus le Christ sous plusieurs modalités (accompagnant inconnu, la Parole, le partage du repas, la communauté). Tous les grands peintres ont fait un Emmaüs, et les autres aussi! L’une des étapes est habituellement favorisée, surtout le repas dans la maison. Certains ont fait un ensemble plus complet.

L’un des disciples est nommé : Cléopas. L’autre n’est pas spécifié; il peut alors prendre divers visages, dont celui d’une femme. On a ainsi un couple en route, ce qui s’inscrit bien dans l’Évangile de Luc. Dans les dernières décennies, la diversité des expressions culturelles a enrichi ce patrimoine iconographique.

Voici quelques œuvres (un choix difficile!), entre route et maison, nous invitant à cheminer, à partager et à ouvrir le cœur et l’esprit.

  1. Miniature, Codex Egberti, folio 88, recto, c.980, Bibliothèque municipale de Trèves, Allemagne. Ce manuscrit a été réalisé par l’abbaye bénédictine de Reichenau pour Egbert, évêque de Trèves. Deux scènes sont présentées, celle sur la route et celle du repas dans la maison. L’autre disciple avec Cléopas est identifié : c’est Luc !
  1. Miniature, Vita Christi, ms. 101, c.1190–1200, J. Paul Getty Museum, Los Angeles, États-Unis. Ces trois personnages sont-ils des extra-terrestres qui viennent de débarquer ?! Non, ce sont simplement des pèlerins qui en portent les signes : le chapeau et le bâton. On voit sur Jésus les marques de la croix (pieds et mains). Il y a aussi une miniature du repas.
  1. Fritz von Uhde, pastel sur papier, 1891, Galerie Neue Meister, Dresden, Allemagne. Ce peintre naturaliste, proche de l’impressionnisme, a été influent à son époque en Allemagne ; il y introduit la peinture en plein air. Luthérien engagé, il a fait des œuvres religieuses avec la vie des gens du peuple. Nous avons ici un Emmaüs vert : Jésus et les deux disciples, vus de dos, marchant sur un sentier.
  1. He Qi, 1998, site heqiart.com. Cet artiste formé à Nanjing est un peintre chrétien réputé, intégrant des éléments traditionnels chinois et l’art contemporain. Avec ses couleurs, le soleil au fond, les arbres et les fleurs à l’avant, il nous présente Jésus et ses compagnons marchant sur une route joyeuse.
  1. Duccio di Buoninsegna, 1308-1311, Museo dell’Opera del Duomo, Sienne, Italie. Voici une des vingt-six scènes de la Passion qui font partie de La Maestà, œuvre majeure de Duccio. C’est le moment de l’invitation. Jésus porte les attributs du pèlerin : le bâton, un sac en bandoulière et le chapeau sur son dos. La route est pavée.
  1. Hanna Cheriyan Varghese, Stay with us, 2001, Their eyes were opened, 1999, site hanna-artwork.com. Cette artiste chrétienne de Malaysie est décédée en 2009. Elle montre l’invitation, avec la route et la maison, puis le repas autour de la table. Les deux disciples sont un homme et une femme.
Maximino Cerezo Barredo (Spanish, 1932–), « Emmaus, » 2002. http://blogs.periodistadigital.com/imagenes.php/2013/04/28/emaus-8. Tags: woman
  1. Cerezo Barredo, 2002, Centre de Formation des Animateurs, Lac Gatún, Panama. Les disciples, un homme et une femme, arrivent de la route, yeux bandés car ne reconnaissant pas encore le Christ. Leurs yeux voient lors du repas dans la maison. Jésus porte au poignet la marque du clou.
  1. Le Caravage, 1601-1602, National Gallery, London, Angleterre. Le disciple de droite porte le coquillage qui est signe du pèlerinage de St-Jacques-de-Compostelle. Le servant fait son travail. Le panier sur la table, avec sa nature morte, risque de tomber! Les disciples sont des gens du peuple, selon l’usage de Caravage. L’un va se lever de sa chaise, l’autre étend les bras : c’est le moment de révélation, de reconnaissance. Jésus est jeune, imberbe, un peu joufflu, offrant une image différente de celles habituelles. La dramatique est accentuée par la lumière et les ombres.
  1. Oscar José Suárez, VII Bienal de Arte Sacro, 1998, Buenos Aires, Argentine. Voici un Emmaüs au coeur de nos quotidiens, dans nos cuisines, avec leurs objets familiers. Le Christ y est présent mais autrement, non immédiatement.
  1. Pierre Lussier, 21e siècle, Québec, Canada. Ce peintre de Québec fait partie du Racef (Réseau Art chrétien et éducation de la foi). Le Christ est à table avec deux jeunes, partageant le pain. Voici un oeuvre touchante qui élargit les horizons.
  1. Jean-Georges Cornelius, c.1935-1940, Musée du Hiéron, Paray-le-Monial, France. Cet artiste français a réalisé des œuvres spirituelles fortes. Le Christ est présent aussi avec les gens âgés et fatigués; il partage leur condition. En temps de pandémie, cette œuvre est particulièrement significative.
  1. Arcabas, Le Repas, 1993-1994, Chapelle de la Résurrection, Église Torre de Roveri, Bergame, Italie. Cette toile est la cinquième d’un polyptique de sept sur Emmaüs, avec la splendeur des formes et couleurs d’Arcabas. C’est le moment où les disciples vont reconnaître le Christ qui commence à s’illuminer.
  1. Sieger Koder, retable, c.1980-1990, Église Notre-Dame-des-Douleurs, Rosenberg, Allemagne. Ce prêtre et artiste a été marqué par l’expressionnisme allemand et par la 2e guerre mondiale. Il a exercé son ministère dans cette église pendant plusieurs années. Avec le pain et le vin, les Écritures sont sur la table, en hébreu, grec et allemand, ce qui indique qu’elles sont actuelles. Les disciples portent le talith, châle de prière. Les événements dont ils parlent sont évoqués à droite et gauche (croix, rameaux). Le Christ est devenu lumière.
  1. Anne-Marie Forest, 2021, Joliette, Canada. Cette artiste fait partie du Racef (Réseau Art chrétien et éducation de la foi). Dans ce tryptique, la marche sur la route vers Emmaüs, le repas dans la maison mais aussi la marche de retour vers Jérusalem sont présentés. La conversation entre Jésus et le couple est animée et le retour se fait avec élan.
  1. Évelyne Breault, 1988, Sœurs Notre-Dame-du-Bon-Conseil, Chicoutimi, Canada. Cette religieuse, artiste en peinture, sculpture et poterie, est décédée en 2014 à l’âge de 100 ans! Cette œuvre fait partie d’une série de trois sur Emmaüs. Elle est assez unique car elle montre la finale du récit, à Jérusalem (v.33-35). L’ambiance est joyeuse …

Daniel Cadrin, o.p.


Dessins à tracer et à colorier

Afin d’approfondir le sujet en le vivant intérieurement, nous vous invitons à vous inspirer de l’un ou de plusieurs des dessins ci-dessous pour créer une image et y ajouter quelques mots pour exprimer votre perception du sujet.

Tracés simplifiés à tracer et à colorier, librement inspirés de peintures traditionnelles de l’art chrétien. Cliquer sur les images pour les agrandir et les sauvegarder!

Ouvrir le fichier PDF ci-dessous pour faciliter l’impression des trois dessins :

Voir un exemple de montage réalisé d’après ces modèles :


Partager

Nous sommes toutes et tous, quelque soit l’âge et la culture, invités à témoigner de la façon dont nous percevons notre rencontre avec Jésus au travers des personnages qu’il croise dans les Évangiles.

Partagez vos images et témoignages directement sur le groupe Facebook « Rencontres avec Jésus »:

https://www.facebook.com/groups/1330277570759795

Abonnez-vous tout au bas de cette page pour rester informés de chaque nouvelle invitation à vivre les « Rencontres avec Jésus »!


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :