Rencontres avec Jésus – Syméon

Syméon accueillant Jésus lors de la présentation au temple, adaptation libre inspirée d’une icône orthodoxe traditionnelle

Une nouvelle invitation à rencontrer Jésus, cette fois-ci au travers de l’accueil de Syméon, lors de la présentation de l’enfant Jésus au temple.

SYMÉON, HOMME JUSTE ET RELIGIEUX : LUC 2, 25-39

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc – Chapitre 2

22 Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur,

23 selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur.

24 Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.

25 Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui.

26 Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur.

27 Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait,

28 Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant :

29 « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole.

30 Car mes yeux ont vu le salut

31 que tu préparais à la face des peuples :

32 lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »

33 Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui.

34 Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction

35 – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »


Commentaire de l’Évangile

Par Daniel Cadrin, o.p.

La Présentation de Jésus au Temple est un récit dense et inspirant. Il est propre à Luc. La scène se passe dans un contexte solennel, au cœur même de la vie religieuse du peuple juif : le Temple de Jérusalem, haut-lieu du culte et de la présence du Dieu vivant. Elle comprend des personnages significatifs : des parents, Marie et Joseph ; un enfant, Jésus; deux prophètes âgés, Syméon et Anne; et d’autres anonymes. On se retrouve ainsi avec trois générations! Heureusement qu’ils se rencontraient à leur époque. Aujourd’hui, une telle rencontre pourrait-elle encore se tenir, avec les règles changeantes affectant les familles et lieux de culte ?! Peut-être se verraient-ils en secret …

Revenons à notre récit. Les parents sont des fidèles respectueux de leur tradition religieuse; la Loi est mentionnée à cinq reprises. Ils accomplissent les rites prévus, touchant la purification de la mère et la présentation de l’enfant. Ce sont des gens de condition modeste, comme leur don (deux tourterelles) l’indique.

Le centre de tout ce récit est Jésus. Qui est-il? Les titres sont nombreux, indiqués par les révélations de Syméon et Anne et leurs fondements dans les Écritures : Christ (Messie), salut, lumière des nations, gloire d’Israël, signe de contradiction, libérateur de Jérusalem. Syméon et Anne ont en commun d’être des prophètes, des aînés, et des témoins d’une longue attente.

De plus, dans la vie de l’Église, ce récit se rattache à plusieurs fêtes. Dès l’antiquité chrétienne, la Présentation de Jésus était célébrée, 40 jours après la Nativité. Depuis le Moyen Âge, elle a été associée à la Chandeleur, la fête des chandelles, avec des rites de lumière et diverses coutumes locales. Depuis 1997, Jean-Paul II a fait du 2 février la Journée de la vie consacrée, soulignée par des activités dans les communautés religieuses et diocèses. Au Québec, c’est aussi le Jour de la Marmotte! Dans le rosaire, la Présentation de Jésus est le quatrième mystère joyeux. La prière de louange de Syméon (2, 29-32), le Nunc dimittis, fait partie de la Liturgie des Heures; elle est récitée chaque soir à la prière de Complies. Avec tout cela, il y a de quoi s’occuper !

Le prophète Syméon

Mais revenons à nos prophètes, en commençant par Syméon (Anne sera présentée dans une prochaine chronique). C’est un homme juste et pieux. Le qualificatif de juste est très fort: c’est quelqu’un qui vit pleinement l’Alliance avec Dieu et avec son peuple. Il est employé en Mathieu pour qualifier Joseph. Et il est pieux, i.e. religieux, connaissant et pratiquant de façon fidèle les observances de la tradition juive. C’est vraiment un homme de foi.

Luc mentionne trois fois l’Esprit Saint à propos de Syméon. On ne peut dire plus clairement qu’il est un prophète. Il annonce et dévoile la réalisation d’une espérance. Sa prière de bénédiction exprime sa joie et sa gratitude; elle est proche de celle du père de Jean-Baptiste, Zacharie (1, 67-79), qui prophétise lui aussi, parlant de salut, et qui est rattaché au temple. Ainsi, en sa personne, Syméon résume toute l’histoire de son peuple, de sa quête; il est comme le témoin privilégié de la première alliance, et de ses Écritures (Ancien Testament) proclamant que Dieu a réalisé sa promesse et qu’elle est universelle, pour tous les peuples.

Pourtant, le seul signe qu’il voit, c’est un enfant d’une famille pauvre; rien de majestueux ou de royal. Il voit le Messie en cet être fragile qu’il tient dans ses bras. Cela ressemble aux bergers célébrant la joie de la Bonne Nouvelle et n’ayant comme signe qu’un enfant emmailloté dans une mangeoire (2,12). Syméon est un homme d’espérance.

Il sait aussi que la vie de ce Messie ne sera pas un tranquille voyage; l’Oint rencontrera l’adversité et suscitera la division, comme il le dévoile à Marie qui en sera marquée. Il voit plus loin, dans l’espérance, mais sans illusions. C’est un homme habité par la sagesse.

Son être a été façonné par une longue attente. Il est rendu à un âge avancé et voit enfin ce qu’il a attendu patiemment. Car Syméon est un homme de la patience. Comme le pape François l’a dit dans son homélie du 2 février 2021 (à chaque 2 février, le pape commente le récit de la Présentation!) : « La patience de Syméon est donc un miroir de la patience de Dieu. De la prière et de l’histoire de son peuple, Syméon a appris que Dieu est patient … La patience nous aide à nous regarder nous-mêmes, nos communautés et le monde avec miséricorde. »

Syméon, un juste et un prophète, un homme de foi et d’espérance, de sagesse et de patience. L’un ou l’autre de ses traits peut nous interpeller, nous ouvrir à une réalité, ou éveiller en nous une intuition. Aujourd’hui, à ce moment de ma vie, dans mon itinéraire personnel et ecclésial, dans ma quête spirituelle, quel trait me touche particulièrement? À quoi Syméon m’appelle-t-il? Et dans quel signe, proche et petit, j’entrevois le salut, je vois une lumière qui me réjouit? Je peux alors bénir Dieu avec Syméon et dire : Maintenant Maître,

Images de la Présentation

Depuis le Moyen Âge, les images de la Présentation de Jésus au Temple sont nombreuses. À cause de l’importance de la fête et des coutumes et rites qui l’entourent, comme indiqué plus haut. Et aussi à cause du sujet lui-même, suggestif pour des artistes : un cadre impressionnant, le Temple de Jérusalem; un enfant qui est lumière et des parents insérés dans la vie de leur peuple; des personnes âgées émues et heureuses.

Voici quelques points d’attention dans ces images. Qui est présent? Les personnages principaux, Marie et Joseph, l’enfant Jésus, Syméon et Anne, peuvent être tous présents, ou seulement quelques-uns. Anne parle à plusieurs personnes (v.38), qui peuvent ou non être incluses; des figurants peuvent s’ajouter.

L’âge de Jésus peut varier, de bébé de quelques mois à un enfant comme tel. Il est souvent en interaction avec Syméon ou avec les regardants. Il est entouré de lumière et il est porté par Marie ou par Syméon. Le costume et la coiffure de ce dernier indiquent son statut comme homme religieux juif. Habituellement, Joseph porte les tourterelles. Le lieu du Temple peut être suggéré par des éléments architecturaux, plus ou moins élaborés, ou simplement il n’est pas intégré.

Images de Syméon

  1. Miniature, Évangéliaire de l’Abbesse Hitda, œuvre du scriptorium de Cologne, c.1000-1020, Landesbibliothek, Darmstadt, Allemagne. Hitda, abbesse des chanoinesses de Meschede, a commandé ce livre pour son monastère. Les personnages sont plutôt filiformes. L’enfant est tourné vers nous. Marie porte les tourterelles et Joseph remet l’enfant à Syméon, ce qui est rare. À gauche se trouvent quatre figures non identifiées. Un édifice évoque le temple.
  1. Pierre de Chelles, bas-relief polychrome, c.1305-1315, chœur nord, Notre-Dame-de-Paris, France. Cette œuvre fait partie d’un ensemble sur la vie du Christ. Marie présente l’enfant à Syméon. L’enfant, habillé, se tient solidement debout sur une petite colonne et il est tourné vers nous. Une jeune femme apporte les tourterelles dans un panier. Il semble que Joseph soit resté dans une scène antérieure.
  1. Fra Angelico (Giovanni di Fiesole), c.1440-1442, cellule 10, couvent San Marco, Florence, Italie. Dans chaque cellule des frères, l’artiste o.p., avec son atelier, a peint une fresque de la vie de Jésus, intégrant des figures dominicaines pour que le frère entre dans la scène. Ici, nous avons saint Pierre de Vérone et sainte Catherine de Sienne. Syméon tient dans ses bras l’enfant emmailloté et lumineux; les deux se regardent, le contact est établi. Joseph porte le panier des tourterelles et Marie tend les mains vers l’enfant. Tous sont nimbés. Le décor est architectural mais simple.
  1. Giovanni Bellini, c.1460, Fondazione Querini Stampalia, Venise, Italie. Voici une oeuvre étonnante, inspirée d’Andrea Mantegna. Les personnages sont alignés côte à côte, sans distance, avec Joseph en retrait à l’arrière. Marie et Syméon touchent Jésus, emmailloté et portant un bonnet. Les figures à gauche et à droite sont peut-être de la famille de Bellini. Le jeune homme à droite (Bellini lui-même?) nous regarde directement, établissant le lien avec nous; il est le seul du groupe à communiquer, chacun semblant absorbé dans son monde. Le seul décor est un rebord de marbre.
  1. Fra Bartolomeo (Baccio della Porta), 1516, Kunsthistorisches Museum, Gemäldegalerie, Vienne, Autriche. Ce frère o.p., qui était diacre, a repris l’atelier de Fra Angelico à San Marco. L’enfant, nu, est tourné vers nous et nous bénit. Syméon est au centre, Anne à gauche agenouillée, avec une figure féminine derrière elle. Marie se tient à droite et offre l’enfant; Joseph à gauche, aux cheveux clairsemés, a les tourterelles en main. Ils sont placés entre deux colonnes. La figure peinte en arrière-fonds est Moïse, tenant les tablettes de la Loi.
  1. Rembrandt van Rijn, 1669, Musée National de Stockholm, Suède. Cette oeuvre inachevée, sa dernière, est touchante. Syméon ne voit presque plus, comme Rembrandt lui-même, mort en 1669. La lumière l’éclaire, ainsi que l’enfant qui regarde Syméon. Il n’y a aucun décor. La figure féminine, possiblement Marie, aurait été ajoutée par un autre peintre.
  1. Aert de Gelder, c.1700, MauritsHuis, LaHaye, Pays-Bas. Cet artiste fut un élève de Rembrandt, proche de lui. La lumière émane de l’enfant et Syméon rend grâce. À droite, la prophétesse Anne se recueille. Comme en Rembrandt (œuvre précédente), il n’y a aucun décor.
  1. Georges Saget, o.s.b., fresque (détail), 1963, Abbaye de Keur-Moussa, Sénégal. Cette grande fresque de 16 panneaux est située derrière l’autel de la chapelle de cette abbaye bénédictine fondée par Solesmes. Elle présente la vie de Marie et les couleurs sont le rouge et le noir, avec un peu d’orange. Les figures sont africaines. Ici, nous voyons à droite Syméon portant l’enfant Jésus; à gauche, Marie et Joseph, avec les tourterelles, tous deux tournés vers l’enfant.
  1. Severino Blanco, c.1980-1984, chapelle Cadeca, Cochabamba, Bolivie. Cet artiste Quechua inculture la scène. Les figures sont autochtones. Les costumes et motifs décoratifs se rattachent à l’art des Andes. Joseph debout porte les deux tourterelles. Marie agenouillée est centrée sur l’enfant. Syméon tient tendrement l’enfant et rend grâce. L’enfant tourné vers nous est couronné. Le soleil en haut au milieu évoque la présence de Dieu.
  1. Berna, 21e siècle, site www-evangile-et-peinture.org, Suisse. Les oeuvres de Bernadette Lopez couvrent tout le cycle liturgique. Caractérisées par les couleurs vives et le mouvement, la simplicité des formes et la lumière, elles sont très inspirantes. Ici, Syméon soulève joyeusement l’enfant qui tend les mains vers lui. Les parents regardent, se tenant tout près l’un de l’autre, comme des tourtereaux …

Daniel Cadrin, o.p.


Dessins à tracer et à colorier

Nous sommes invités à vivre de l’intérieur la rencontre entre Syméon et Jésus.

Selon notre expérience, une des meilleures façons de se plonger dans le vécu de cette rencontre, c’est de la dessiner. Peu importe la manière, quelques traits et un peu de couleur peuvent suffire. Que l’on copie, trace ou colorie un modèle, l’important est de prendre un temps d’intériorité pour se familiariser avec le sujet. Aucun besoin d’avoir de l’expérience, il n’est pas ici question de performance artistique ni d’habileté. C’est une activité de contemplation à laquelle le dessin nous convie.

Vous pouvez utiliser une des images publiées dans cet article comme source d’inspiration, ou consulter les nombreuses images disponibles sur Internet sur le thème « Syméon, la présentation de Jésus au temple », ou encore imprimer le modèle simplifié ci-dessous pour le tracer et le colorier.

Syméon accueillant Jésus lors de la présentation au temple, modèle simplifié à tracer et à colorier, inspiré d’une icône orthodoxe traditionnelle.
Cliquer sur l’image pour l’agrandir et la sauvegarder!


Pour vivre pleinement le processus de création et d’appropriation des extraits des évangiles, les participants sont invités à se réunir en ligne en petits groupes. Nous offrons au besoin un soutien à la création de groupes (au moyen de rencontres Zoom).

Partager

Nous sommes toutes et tous, quelque soit l’âge et la culture, invités à témoigner de la façon dont nous percevons notre rencontre avec Jésus en nous identifiant aux rois mages.

Nous sommes également conviés à librement partager nos images et témoignages directement sur le groupe Facebook « Rencontres avec Jésus »:
https://www.facebook.com/groups/1330277570759795

Nous écrire pour tout renseignement additionnel ou pour un appui au démarrage d’un groupe!
alecoutedesevangiles@gmail.com

N’oubliez pas de vous abonner tout en bas sur cette page pour rester informés de chaque nouvelle invitation à vivre les « Rencontres avec Jésus »!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :