Rencontres avec Jésus – Anna la prophétesse

Anne la prophétesse lors de la présentation de Jésus au temple

Une nouvelle invitation à rencontrer Jésus, cette fois-ci au travers de l’accueil de la prophétesse Anne, lors de la présentation de l’enfant Jésus au temple.

AVEC ANNE, CÉLÉBRER ET ÉVANGÉLISER : LUC 2, 25-39

Extrait de de l’évangile de Jésus-Christ selon saint Luc – Chapitre 2, concernant Anne :

36 Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage,

37 demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière.

38 Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.


Commentaire de l’Évangile

NDLR : Nous reprenons ici une partie de la mise en contexte de la présentation de Jésus au temple, déjà publiée lors du dernier article, et propre à la rencontre de Syméon et de Anne.

Par Daniel Cadrin, o.p.

La Présentation de Jésus au Temple est un récit dense et inspirant Il est propre à Luc. La scène se passe dans un contexte solennel, au cœur même de la vie religieuse du peuple juif : le Temple de Jérusalem, haut-lieu du culte et de la présence du Dieu vivant. Elle comprend des personnages significatifs : des parents, Marie et Joseph ; un enfant, Jésus; deux prophètes âgés, Syméon et Anne; et d’autres anonymes. On se retrouve ainsi avec trois générations! Heureusement qu’ils se rencontraient à leur époque. Aujourd’hui, une telle rencontre pourrait-elle encore se tenir, avec les règles changeantes affectant les familles et lieux de culte ?! Peut-être se verraient-ils en secret …

Revenons à notre récit. Les parents sont des fidèles respectueux de leur tradition religieuse; la Loi est mentionnée à cinq reprises. Ils accomplissent les rites prévus, touchant la purification de la mère et la présentation de l’enfant. Ce sont des gens de condition modeste, comme leur don (deux tourterelles) l’indique.

Le centre de tout ce récit est Jésus. Qui est-il? Les titres sont nombreux, indiqués par les révélations de Syméon et Anne et leurs fondements dans les Écritures : Christ (Messie), salut, lumière des nations, gloire d’Israël, signe de contradiction, libérateur de Jérusalem. Syméon et Anne ont en commun d’être des prophètes, des aînés, et des témoins d’une longue attente.

De plus, dans la vie de l’Église, ce récit se rattache à plusieurs fêtes. Dès l’antiquité chrétienne, la Présentation de Jésus était célébrée, 40 jours après la Nativité. Depuis le Moyen Âge, elle a été associée à la Chandeleur, la fête des chandelles, avec des rites de lumière et diverses coutumes locales. Depuis 1997, Jean-Paul II a fait du 2 février la Journée de la vie consacrée, soulignée par des activités dans les communautés religieuses et diocèses. Au Québec, c’est aussi le Jour de la Marmotte! Dans le rosaire, la Présentation de Jésus est le quatrième mystère joyeux. La prière de louange de Syméon (2, 29-32), le Nunc dimittis, fait partie de la Liturgie des Heures; elle est récitée chaque soir à la prière de Complies. Avec tout cela, il y a de quoi s’occuper !

La prophétesse Anne

Comme Syméon, Anne est une femme pieuse. Elle fréquente le temple, elle observe des pratiques religieuses de base, la prière et le jeûne. Et elle est prophétesse, habitée par l’Esprit Saint, sachant saisir le sens des événements et témoigner d’une espérance.

Mais d’autres traits particuliers lui sont attribués par Luc. Son âge est indiqué, quatre-vingt-quatre ans, ce qui est très vénérable! Son statut social : elle est veuve depuis longtemps. Le nom de son père, Phanuel, mais non le nom de son mari! Et sa tribu d’origine, celle d’Aser, ce qui est très rare dans le Nouveau Testament. Seules trois autres figures y ont droit : Joseph (Lc 2,4; 3,33), de la tribu de Juda; Barnabé (Ac 4,36), de celle de Lévi; et Paul (Ph 3,5), de celle de Benjamin.

Peu de femmes dans la Bible sont qualifiées de prophétesses. L’une d’elles est significative en rapport avec Anne : c’est Myriam (Ex 15,20), la sœur de Moïse et d’Aaron (Michée 6,4). À la naissance de Moïse (Ex 2,4.7), elle veille sur cet enfant, fragile, qui sera le libérateur de son peuple. Après le passage de la Mer des Roseaux (Ex 15,20-21), elle chante la gloire du Seigneur, qui a jeté à la mer cheval et cavalier.

Ceci rejoint le trait principal de la prophétesse Anne : elle loue Dieu pour la naissance de Jésus et elle l’annonce! Comme Zacharie (Lc 1, 67-70), père de Jean-Baptiste, qui prophétise : le salut va venir, Dieu est fidèle à sa promesse, les Écritures vont s’accomplir. Anne est la première évangélisatrice : aux personnes en attente de libération, elle annonce la Bonne Nouvelle que le salut commence. En cet enfant, le Règne de Dieu se fait proche. Dieu visite son peuple.

Plusieurs aspects de cette figure étonnante peuvent nous inspirer. C’est une femme très âgée, fidèle dans sa foi au Dieu vivant, mais aussi qui est demeurée en attente, le cœur ouvert, et non indifférente ou blasée. Elle invite les gens à garder confiance, à ne pas abandonner l’espérance. Nous connaissons des femmes comme elle, qui sont des piliers dans bien des familles et communautés. Il vaut la peine de les écouter. En me plaçant du côté des auditeurs d’Anne, je peux me demander : quelle expression son visage exprime-t-il? Dans ses paroles, qu’est-ce qui vient me toucher, me surprendre, me réjouir?

Par son attitude, espérante et réjouie, et par son action, son annonce joyeuse de la Bonne nouvelle du salut en cet enfant fragile, à quoi Anne m’invite-elle, dans mes milieux, et aussi en moi-même?

Images de la Présentation

Depuis le Moyen Âge, les images de la Présentation de Jésus au Temple sont nombreuses. À cause de l’importance de la fête et des coutumes et rites qui l’entourent, comme indiqué plus haut. Et aussi à cause du sujet lui-même, suggestif pour des artistes : un cadre impressionnant, le Temple de Jérusalem; un enfant qui est lumière et des parents insérés dans la vie de leur peuple; des personnes âgées émues et heureuses.

Voici quelques points d’attention dans ces images. Qui est présent? Les personnages principaux, Marie et Joseph, l’enfant Jésus, Syméon et Anne, peuvent être tous présents, ou seulement quelques uns. Anne parle à plusieurs personnes (v.38), qui peuvent ou non être incluses; des figurants peuvent s’ajouter.

L’âge de Jésus peut varier, de bébé de quelques mois à un enfant comme tel. Il est souvent en interaction avec Syméon ou avec les regardants. Il est entouré de lumière et il est porté par Marie ou par Syméon. Le costume et la coiffure de ce dernier indiquent son statut comme homme religieux juif. Habituellement, Joseph porte les tourterelles. Le lieu du Temple peut être suggéré par des éléments architecturaux, plus ou moins élaborés, ou simplement il n’est pas intégré.

Images d’Anne

  1. Jean de Chelles, sculpture du tympan, c.1260, façade nord, portail du cloître, Notre-Dame-de-Paris, France. Cette œuvre est une des quatre scènes de l’enfance de Jésus. Marie soutient l’enfant et le présente à Syméon qui le prend, au-dessus d’une petite colonne. Joseph porte la corbeille des tourterelles. Anne, entre Joseph et Marie, est présente, dignement habillée comme une dame de son âge et de son rang.
  1. Giotto di Bondone, fresque, c.1304-1306, Chapelle Scrovegni, Padoue, Italie. Cette œuvre du grand maître médiéval fait partie d’une suite de scènes de la vie du Christ. L’enfant Jésus, dans les bras de Syméon, veut retourner à sa mère, qui lui tend les bras; c’est une présentation très naturelle! Joseph a les tourterelles en mains, une femme inconnue à sa droite. Un nouveau personnage s’est joint au-dessus de la scène : un ange. À droite, Anne est en train d’expliquer l’événement, avec une citation des Écritures à la main : la promesse s’est accomplie. Elle est vraiment une prophétesse. La structure à colonnes évoque le Temple.
  1. Martine-Marie Roy, osb, icône, Abbaye Sainte-Marie-des-Deux-Montagnes, Ste-Marie-sur-le-Lac, Canada. Syméon tient l’enfant dans ses bras. Celui-ci, qui est au centre de l’icône et qui a l’air d’un petit homme, lui tend la main. Joseph tient les tourterelles, Marie a un air méditatif; les deux sont sur un espace vert. Anne se tient près de Syméon, comme témoin de l’événement Cette œuvre s’inscrit dans la tradition iconographique de l’École de Novgorod; parfois Anne, à la même place, tient une citation des Écritures. Les éléments architecturaux là aussi évoquent le Temple.
  1. Alvaro Pires d’Evora, 1430, Metropolitan Museum of Art, New York, États-Unis. Ce peintre d’origine portugaise a travaillé en Italie, dans le style gothique international. Cette œuvre faisait partie de la prédelle d’un retable, probablement d’une église de Pise. Les cinq figures principales sont nimbées. Marie présente l’enfant à Syméon; l’enfant est tourné vers sa mère. Joseph est là à gauche mais sans les tourterelles, rendues dans les mains du serviteur tonsuré. Anne est imposante, la plus grande du groupe. Prophétesse, elle tient en main le rouleau des Écritures qui donnent sens à l’événement : la venue du salut. Les vêtements et couleurs sont travaillés avec finesse. L’architecture des lieux reflète celle de l‘Italie du 15e siècle, mais avec un fond verdoyant, traversé de lumière.
©Photo. R.M.N. / R.-G. Ojéda
  1. Jean Colombe, miniature, Les Très Riches Heures du duc de Berry, folio 63r, 1485-1486, Musée Condé, Chantilly, France. Cette miniature fait partie de la section : Les heures de la Vierge. Avec ses dames de compagnie, dont l’une apporte les tourterelles, Marie porte l’enfant et le présente à Syméon, assis, avec un linge où déposer l’enfant sacré. Anne est à ses côtés portant le chandelier, au-dessus de l’enfant, lumière des nations. Joseph est retenu ailleurs, pris dans la circulation? Le tout se passe à l’intérieur d’une architecture d’église de l’époque. Le texte latin en bas de l’image est celui du Nunc dimittis, la prière de Syméon.
  1. Rembrandt van Rijn, c.1627-1629, Musée Kunsthalle, Hambourg, Allemagne. Cette Présentation est une oeuvre de jeunesse, différente de celle qui fut la dernière œuvre de Rembrandt (cf. chronique précédente). Syméon, avec l’enfant sur ses genoux, parle avec Marie du signe de contradiction qu’il sera; et celle-ci a un air méditatif. Joseph, à genoux, vu de dos, porte le panier des tourterelles. Anne est debout et bras levés, en surprise et bénédiction devant cet enfant. Par sa position, elle surplombe et unifie l’ensemble des personnages. La lumière baigne la scène. Une colonne du Temple est bien visible, ainsi qu’à droite, une chandelle.
  1. Philippe de Champaigne, 1648, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles. Voici une œuvre d’un grand peintre de l‘époque classique en France, soucieux de l’histoire, d’équilibre et de rigueur; elle était destinée à l’église St-Honoré de Paris. Dans un espace bien construit, montrant l’entrée du Temple, et même à l’arrière le grand-prêtre, chaque personnage a sa place. Seuls Marie, Joseph et Jésus ont une auréole. Au centre, Syméon tient l’enfant, bien tranquille, et bénit Dieu. À sa droite, se trouvent Joseph, avec les tourterelles, et Marie à la fois recueillie et tendue vers l’enfant. À sa gauche, Anne est en train de parler de l’enfant, qu’elle pointe du doigt, à des gens surpris et admiratifs.
  1. James Tissot, c.1886-1894, Brooklyn Museum, États-Unis. Attentif au contexte historique, Tissot situe bien la scène dans le Temple, ses murs et colonnes, avec une foule variée. En haut des marches, Marie et Joseph, portant les tourterelles, sont devant Syméon qui soulève et offre l’enfant. Anne en bas, de dos et bras étendus, annonce la joyeuse nouvelle aux gens qui expriment diverses réactions. Le tout est très vivant et rend la solennité du moment.
  1. Berna, 2005, site www-evangile-et-peinture.org, Suisse. Bernadette Lopez a fait plusieurs Présentation, chacune remplie de couleurs et de lumière. Ici, nous voyons Syméon soulevant l’enfant, qui touche son visage. Mais s’approchant, nous voyons une femme bien âgée et courbée, avec sa canne. Voici Anne la prophétesse qui, à son tour, vient célébrer la venue de Jésus, lumière des nations.
  1. Jan van ‘t Hoff, 21e siècle, Dordrechtl, Pays-Bas. Cet artiste néerlandais, qui a son atelier dans la ville de Dordrechtl, a peint plusieurs scènes bibliques. Ici, Syméon et Anne, ces deux personnes âgées et espérantes, habitées par l’Esprit, sont visiblement remplies de joie. La source en est l’enfant au centre, paisible et lumineux. Les parents, à droite, sont attentifs. Le décor est simple, une colonne signifiant le Temple. Le visage d’Anne, la prophétesse ridée, est vraiment radieux. Elle nous invite à nous réjouir avec elle …

Daniel Cadrin, o.p.


Dessins à tracer et à colorier

Nous sommes invités à vivre de l’intérieur la rencontre entre Anne et Jésus.

Selon notre expérience, une des meilleures façons de se plonger dans le vécu de cette rencontre, c’est de la dessiner. Peu importe la manière, quelques traits et un peu de couleur peuvent suffire. Que l’on copie, trace ou colorie un modèle, l’important est de prendre un temps d’intériorité pour se familiariser avec le sujet. Aucun besoin d’avoir de l’expérience, il n’est pas ici question de performance artistique ni d’habileté. C’est une activité de contemplation à laquelle le dessin nous convie.

Vous pouvez utiliser une des images publiées dans cet article comme source d’inspiration, ou consulter les nombreuses images disponibles sur Internet sur le thème « Anne la prophétesse lors de la présentation de Jésus au temple », ou encore imprimer le modèle simplifié ci-dessous pour le tracer et le colorier.

Anne accueillant Jésus lors de la présentation au temple, modèle simplifié à tracer et à colorier.
Cliquer sur l’image pour l’agrandir et la sauvegarder!


Pour vivre pleinement le processus de création et d’appropriation des extraits des évangiles, les participants sont invités à se réunir en ligne en petits groupes. Nous offrons au besoin un soutien à la création de groupes (au moyen de rencontres Zoom).

Partager

Nous sommes toutes et tous, quelque soit l’âge et la culture, invités à témoigner de la façon dont nous percevons notre rencontre avec Jésus en nous identifiant aux rois mages.

Nous sommes également conviés à librement partager nos images et témoignages directement sur le groupe Facebook « Rencontres avec Jésus »:
https://www.facebook.com/groups/1330277570759795

Nous écrire pour tout renseignement additionnel ou pour un appui au démarrage d’un groupe!
alecoutedesevangiles@gmail.com

N’oubliez pas de vous abonner tout en bas sur cette page pour rester informés de chaque nouvelle invitation à vivre les « Rencontres avec Jésus »!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :